• "Accueil"

    Bienvenue sur le blog "Lectures du jour".

    Sur le blog vous verrez de très belles méditations. Aller visiter les différentes rubriques. Soyez  abondamment bénis sur mon blog et venez nombreux vous inscrire sur la Newsletter pour recevoir les méditations par mails.

    Voici la vidéo d'une petite prière qui va vous encourager

    Soyez bénis et bénies mes frères et soeurs. Amen !

    une petite prière

  • QUELQU’UN M’A UN JOUR ENVOYÉ LE MESSAGE SUIVANT :

    Comment puis-je me consoler de savoir que mes parents sont tous deux morts sans avoir eu une foi personnelle en Jésus ? Je suis sincèrement heureux d’être sauvé, mais je suis aussi profondément bouleversé par le sort réservé à mes parents que j’aime. Comment ne pas pleurer au Paradis alors que mes parents (et d’autres personnes) souffriront pour toute l’éternité ?

    VOICI CE QUE JE LUI AI RÉPONDU (Cette réponse est tirée du chapitre 36 du livre de Randy Alcorn, Les pieds sur terre, les yeux vers le ciel) (2017, Éditions BLF).

    Beaucoup de gens ont perdu des êtres chers qui ne connaissaient pas Christ. Certaines personnes prétendent que les gens au Ciel n’auront pas connaissance de l’existence de l’Enfer. Or cela voudrait dire que la joie céleste est basée sur l’ignorance, ce qui n’est enseigné nulle part dans les Écritures.

    Alors, comment pourrions-nous profiter du Paradis tout en sachant qu’un être cher est en Enfer ? Le théologien James Innell Packer propose une réponse difficile mais biblique :

    « Lors du jugement dernier, Dieu le Père (qui demande aux hommes d’accepter la réconciliation que la mort de Christ a obtenue pour tous) et Dieu le Fils (notre Juge attitré, qui a pleuré sur Jérusalem) exprimeront leur colère et rétabliront la justice contre les hommes rebelles. La sainte justice de Dieu sera ainsi révélée, Dieu fera ce qui est bon et il sera finalement reconnu de ceux qui l’ont défié. […] (Lire Matthieu 25, Jean 5:22-29, Romains 2:5-16, 12:19, 2 Thessaloniciens 1:7-9, Apocalypse 18:1—19:3, 20:11-35.) »

    C’est en toute justice que Dieu jugera l’ensemble des anges et des saints, et tous les martyrs le loueront pour cela. Il semble donc inévitable que nous approuvions, nous aussi, le jugement de ces personnes rebelles que nous avons connues et aimées.

    Au Ciel, nous verrons avec une perspective meilleure et nouvelle et nous approuverons pleinement le jugement de Dieu sur les méchants, tandis que les martyrs du Ciel lui demanderont de juger les méchants sur terre (Apocalypse 6:9-11). Dans le livre d’Apocalypse, il nous est dit que lorsque Dieu amène le jugement sur la ville corrompue de Babylone, les habitants du Ciel doivent s’écrier : « Ciel, réjouis-toi à cause d'elle ! Et vous, les saints, les apôtres et les prophètes, réjouissez-vous aussi, car Dieu vous a fait justice en la jugeant » (Apocalypse 18:20).

    L’Enfer même pourrait mettre en exergue la gloire éclatante de Dieu et sa grâce insondable. Voici comment Jonathan Edwards explique cette idée :

    « Lorsque Dieu fera éclater sa gloire, les saints verront le triste sort réservé aux condamnés et, par contraste, prendront conscience de l’importance de la bénédiction qui leur a été accordée. Ils verront les terribles misères subies de l’autre côté et comprendront qu’ils méritaient la même chose ; et que c’est la grâce souveraine, et rien d’autre au monde, qui les a sauvés. »

    Nous ne mettrons jamais en doute la justice de Dieu, nous ne nous demanderons pas comment il peut envoyer des personnes « bonnes » en Enfer. À la place, nous serons submergés par sa grâce, nous resterons émerveillés par ce qu’il a fait : laisser des personnes mauvaises entrer au Ciel. Nous ne croirons plus à ce mensonge selon lequel il est possible d’être bon sans Christ.

    Au Ciel, nous verrons clairement que Dieu s’est révélé à toute personne et qu’il a donné l’occasion à chaque cœur et à chaque conscience de le rechercher et de lui répondre (Romains 1:18-2:16). Ceux qui ont entendu l’Évangile ont certes de plus grandes chances de se tourner vers Christ (Romains 10:13-17), mais Dieu s’est aussi personnellement révélé par la Création et la capacité de conscience de l’homme : il n’y avait donc aucune excuse. Cependant, à cause du péché, les hommes incrédules ont rejeté ces preuves et nié la réalité de Dieu.

    Nous méritons tous l’Enfer. Personne ne mérite le Paradis. Mais Jésus est mort à la croix pour offrir le salut à tous (1 Jean 2:2), car Dieu est absolument souverain et ne désire pas que quiconque périsse (1 Timothée 2:3-4 ; 2 Pierre 3:9). Pourtant, beaucoup périront à cause de leur incrédulité (Matthieu 7:13).

    Plus tard, nous embrasserons la sainteté et la justice de Dieu, nous le louerons pour sa bonté et sa grâce, et il sera notre source de joie. L’Enfer ne sera plus qu’une ombre, petite et lointaine, qui ne pourra pas interférer ni avec la grandeur de Dieu, ni avec notre joie en lui. Tout cela doit nous motiver à davantage partager l’Évangile de Christ avec notre famille, nos amis, nos voisins et le monde entier !

    Elle vous paraîtra sans doute catégorique, mais je vous propose cette idée supplémentaire : en réalité, aucun de nos « proches » ne sera en Enfer. Seuls quelques-uns de ceux que nous avons une fois aimés par le passé y seront. Notre amour pour nos compagnons célestes sera directement lié à Dieu, l’objet central de notre amour : nous le verrons en eux. Nous n’aimerons pas ceux qui se trouvent en Enfer, car lorsque nous verrons Jésus, nous voudrions seulement aimer (et nous n’aimerons effectivement que) ceux qui le désirent, le glorifient et le reflètent. Ce que nous avons aimé chez ceux qui sont morts sans Christ était la beauté de Dieu que nous avions vue en eux. Or, quand Dieu se retirera pour toujours d’eux, je pense qu’ils ne porteront plus son image et ne refléteront plus sa beauté. Ils resteront les mêmes personnes ; mais sans Dieu, ils seront dépouillés de toutes les qualités que nous aimions autrefois. Par conséquent — et c’est un paradoxe —, ils ne seront plus les personnes que nous avons aimées.

    Je ne peux pas prouver bibliquement ce que je viens de dire, mais je pense que ma pensée sonne juste, même si elle est horrible.

    Notre Dieu est « le Père plein de compassion et le Dieu de tout réconfort » (2 Corinthiens 1:3), non seulement au Ciel, mais aussi maintenant sur terre. Toutes les douleurs qui nous tourmentent aujourd’hui disparaîtront sur la Nouvelle Terre, et ce aussi sûrement que l’obscurité disparaît lorsque la lumière est allumée.

    « Il essuiera toute larme de leur yeux, la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car ce qui existait avant a disparu » (Apocalypse 21:4)

    Voilà la promesse de Dieu. Trouvons le repos en elle.

    Nous pouvons être absolument certains que l’Enfer n’aura aucun pouvoir sur le Ciel, qu’aucune de ses misères ne pourra jamais s’opposer à la joie céleste.

    Randy Alcorn


    votre commentaire
  • « Les réseaux sociaux ont transformé notre façon de vivre. En tant que chrétiens, nous sommes appelés à nous engager d’une manière qui est façonnée par l’exemple de Jésus. »

    L'Église d’Angleterre vient de publier ses directives à l’attention des utilisateurs des réseaux sociaux. Des conseils pour « lutter contre les comportements offensants et les contenus trompeurs » et « encourager une atmosphère positive pour les conversations en ligne ».

    Cinq principes sous-tendent ces directives : la vérité, la gentillesse, l’accueil, l’inspiration et l’unité. C’est l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, qui a dévoilé cette charte numérique dans un communiqué.

    « Les réseaux sociaux ont transformé notre façon de vivre. En tant que chrétiens, nous sommes appelés à nous engager d’une manière qui est façonnée par l’exemple de Jésus. Alors que nous répondons à l’appel lancé à chacun de nous d’être témoins de Jésus-Christ, j’encourage chacun de nous à réfléchir à la façon dont nous vivons notre vie en tant que témoins en ligne. Chaque fois que nous interagissons en ligne, nous avons la possibilité soit d’ajouter aux courants de cynisme et d’abus, soit de choisir plutôt de partager la lumière et la grâce. »

    Face à l’évolution du paysage numérique, l’Église d’Angleterre a voulu réfléchir à la posture du chrétien en ligne. Ils invitent même les fidèles à signer cette charte en ligne :

    « Faites attention à la sécurité des enfants, des adolescents et des adultes vulnérables. […]

    Soyez respectueux. Ne postez ni ne partagez aucun contenu sexuellement explicite, incendiaire, haineux, abusif, menaçant ou irrespectueux.

    Soyez gentils. Traitez les autres comme vous souhaiteriez être traités. […]

    Soyez responsable. Vous êtes responsable de ce que vous faites, dites et écrivez. Le texte et les images partagés peuvent être publics et permanents, même avec les paramètres de confidentialité en place. Si vous n’êtes pas sûr, ne le publiez pas.

    Soyez un bon ambassadeur. La vie personnelle et professionnelle peuvent facilement devenir floues en ligne, alors réfléchissez avant de poster.

    Soyez correct dans les désaccords. Certaines conversations peuvent être des lieux de désaccord solide et il est important que nous appliquions nos valeurs à la manière dont nous les exprimons.

    Honorez les autres. Reconnaissez le travail des autres. Respectez les droits d’auteur et […] et remettez toujours en question la source de tout contenu que vous envisagez de partager.

    Suivez les règles. Respectez les termes et conditions des différentes plateformes de médias sociaux eux-mêmes. »

    La volonté de l’Église d’Angleterre selon l’archevêque de York, John Sentamu ? Faire des réseaux sociaux « un espace sûr et instructif pour tous ».

    M.C.

    Source (Info Chrétienne)


    1 commentaire
  • Voilà un audio super intéressant venez nombreux l'écouter. Soyez bénis. 


    votre commentaire
  • 7 façons surprenantes de se préparer à partager l’Évangile.

    Quand on pense au fait de se préparer à l’évangélisation, on évoque généralement une formation pratique pour devenir un bon orateur. Certains pensent également à acquérir toute sorte de matériels pour parfaire leur équipement. Kevin Harney est pasteur en Californie. Il partage à Christianity Today 7 façons surprenantes de se préparer à partager l’Évangile.

    Marcher étroitement et intimement avec Jésus.

    Nous ne pouvons pas amener les gens là où nous ne sommes pas.  Passons du temps dans la prière afin que ceux qui se tiennent loin de Lui voient en nous sa lumière.

    Apprendre à être très sensible au Saint-Esprit.

    Dieu nous parle plus souvent que nous le pensons. Apprenons à entendre sa voix et laissez-le nous diriger dans tous les aspects de notre vie.

    Prier souvent, et avec foi.

    Dieu nous appelle à prier en tous temps. Quand nous lui parlons, Il nous communique sa vision et sa sagesse.

    Se plonger dans la Bible.

    La Parole de Dieu est le coeur-même de l’évangélisation. C’est là qu’est présenté le chemin vers Jésus.

    S’efforcer de marcher dans la sainteté.

    Le meilleur moyen de partager la vie de Jésus est de rechercher la sainteté, reconnaître nos lacunes et nous placer devant Dieu face à nos défaites et nos rébellions.

    Être amis avec des gens qui ne partagent pas notre foi.

    De nombreux croyants n’ont d’amis que dans le milieu chrétien. C’est le moment de passer du temps avec ceux qui ont besoin de découvrir Jésus.

    Reconnaître que nous ne savons pas.

    Nous n’avons pas réponse à tout, et nous n’avons pas besoin de tout connaître et de chercher à convaincre les uns et les autres. Il est bon d’apporter des réponses intelligentes aux gens,. Alors, restons humbles, et reconnaissons quand nous ne savons pas.

    M.C.


    votre commentaire
  • Il y a une quinzaine d’années, ils n’existaient pas. En tout cas pas pour le grand public.

    Tout au plus quelques essais confidentiels réservés aux geeks avisés commençaient à émerger. Les années 90 ont vu la naissance des célèbres Google, eBay, Blogger, Amazon et autres… Les années 2000 ont été témoins de l’avènement des réseaux sociaux avec MySpace, LinkedIn, FlickR, et bien évidemment, les célèbres Facebook et YouTube…

    Désormais, l’offre se décline pour tous les âges et les usages. Les réseaux sociaux se sont diversifiés, envahissent le web et nos smartphones pour le meilleur et pour le pire.

    Quand les réseaux sociaux ont débarqué dans notre vie, l’engouement a été rapide. Comment ne pas succomber à ces retrouvailles d’écoliers des dizaines d’années après, à ces souvenirs partagés entre amis, à ces liens familiaux maintenus au travers des nouvelles échangées, mais aussi à cette ouverture sur le monde, à cette information choisie… Chacun pouvait être acteur de cette révolution numérique. Le web devenait participatif pour le grand public.

    Puis rapidement les choses ont changé. La pub et le marketing ont très vite compris l’intérêt de ces outils hors-normes. Les utilisateurs sont devenus plus radicaux, les commentaires haineux ou agressifs, malheureusement monnaie courante. Le harcèlement a fait des ravages, et pas seulement chez les adolescents. La récente affaire de la Ligue du LOL le confirme. L’illusion de socialisation a vite laissé place à une grande solitude chez beaucoup d’utilisateurs. Les pires idéologies ont circulé librement. Les données privées ont été allègrement dérobées par des hackers ou des sociétés sans scrupules. La pornographie est maintenant omniprésente et à peine voilée.

    De quoi donner envie de fuir, de se déconnecter d’urgence et de revenir aux choses simples, ce que préconisent d’ailleurs nombre de médecins, psychologues et scientifiques. Pour ceux qui opteraient pour une utilisation raisonnée du web, voici 10 manières de demeurer sel de la terre sur les réseaux sociaux, inspirées de la blogueuse Michelle Lazurek.

    Répandez la gentillesse

    Amour, joie, patience, paix, bonté, bénignité, fidélité, douceur, tempérance… Quiconque a mis un jour les pieds dans un forum ou sur une page Facebook, sait à quel point le web manque du fruit de l’Esprit décrit par Paul dans sa lettre aux Galates.

    Pensez avant de poster

    « Est-ce que je vais blesser quelqu’un ? »… « Est-ce que je vais faire plus de mal que de bien ? »… « Est-ce que je poste cela pour recevoir des honneurs et me mettre en avant ? »… Autant de bonnes questions à se poser avant de partager un contenu.

    Gardez votre vie privée… Privée…

    Les réseaux sociaux ont manifestement fait bouger les lignes sur le plan de la vie privée. Une réussite, une difficulté, une chose amusante arrivent dans notre vie et sans réfléchir, on la partage sans penser aux conséquences, ni à la nécessité de préserver son intimité et celle de sa famille…

    Suivez la règle d’Éphésiens 4:29

    Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent.

    Ne condamnez pas

    Au lieu de faire des réseaux sociaux un lieu de dévalorisation, de harcèlement et de commentaires acerbes, soyez de ceux qui encouragent, bénissent et montrent de l’empathie.

    Ne vous emportez pas pour un malheureux contenu qui vous déplaît

    Combien de personnes, et les chrétiens ne sont pas les derniers, sur-réagissent à la moindre occasion. Si vous bouillonnez intérieurement en raison de ce que vous lisez, abstenez-vous de commentez et demandez-vous plutôt pour quelle raison cela vous met dans un tel état.

    Quand vous n’avez rien à dire, ne dites rien !

    Une évidence ? Visiblement pas pour tout le monde. Alors, n’hésitez pas à faire vôtre cette sagesse populaire autrefois enseignée aux enfants.

    Priez

    « Priez sans cesse » disait Paul aux Thessaloniciens. N’hésitez pas à demander le secours de Dieu, afin qu’il fasse de vous un instrument de paix sur les réseaux sociaux.

    Faites une pause

    Ne vous exposez pas de manière prolongée aux réseaux sociaux. Installez un contrôle sur votre smartphone qui vous aidera à vous séparer d’une éventuelle mauvaise habitude ou addiction.

    Par dessus tout… Aimez

    Vous ne regretterez jamais d’avoir apporté de l’amour à quelqu’un au travers d’une parole, d’un geste ou d’une action. Alors n’attendez plus.

    H.L.


    votre commentaire
  • Mais toi, Ô Éternel ! Tu es mon bouclier,

    Tu es ma gloire, et tu releves ma tête ;

    De ma voix je crie à l'Éternel, Et il me répond de sa montagne sainte. 

    Psaume 3 v 4

    L'Éternel entend,  quand je crie à lui.

    L'Éternel exauce mes supplications, 

    L'Éternel accueille ma prière.

    Psaume 6 v 10

    L'Éternel est un refuge pour l opprimé,

    Un refuge au temps de la détresse. 

    Ceux qui connaissent ton nom se confient en toi,

    Car tu n abandonnes pas ceux qui te cherchent, Ô Éternel !  

    Psaume 9 v 10 

    Je t'aime, Ô Éternel, ma force !

    Éternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur ! 

    Mon Dieu, mon rocher où je trouve un abri.

    Psaume 18 v 3

    J'ai crié à mon Dieu ;

    De son palais, Il a entendu ma voix,  et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles. 

    Psaume 18 v 7

    Amen !

    Vive l'Éternel, et béni soit mon rocher ! Que le Dieu de mon salut soit exalté. 

    Psaume 18 v 47

    Annie Feuillarade


    votre commentaire
  • La prière qui jaillit du coeur, sans paroles ou sans formule, est souvent la meilleure... mais les formules de prière seront toujours nécessaires.

    Il y en a qui expriment bien ce que nous ressentons et qui nous aident à entrer en prière.

    Toi qui te montres vivant chaque fois que nous sommes rassemblés en ton nom, remplis aujourd'hui nos cœurs de la joie de croire.

    Toi qui nous fais goûter la joie de ta présence chaque fois que nous sommes dans l'épreuve, sois la source intarissable d'une vivante espérance.

    Que cette joie de vivre et d'aimer en ta présence nous donne de partager notre richesse et nos biens avec toutes les personnes qui ont besoin d'amour et de paix.

    Ainsi, nous pourrons te louer sans fin et témoigner à chaque instant que tu es le Vivant maintenant et toujours

    Pour tout cela, Seigneur, nous te rendons grâce.


    votre commentaire
  • L’auteur le plus prolifique du protestantisme évangélique francophone nous a quitté pour rejoindre la patrie céleste le 6 avril 2018 à l’âge de 97 ans.

    Il ne s’agit pas ici de résumer le parcours de vie d’Alfred Kuen, à ce propos, un site alimenté par sa fille Nelly Sinclair-Kuen, existe déjà ici. Je me contenterais donc simplement de relever 6 aspects marquants de sa vie dans le but de lui exprimer ma reconnaissance pour son exemple et pour saluer l’héritage qu’il nous a légué par ses nombreux ouvrages.

    1. Un auteur prolifique

    Quand on pense à M. Kuen, on pense d’abord à l’écrivain inlassable, auteur d’environ 90 livres, cela représente plus de 400 000 livres publiés en diverses langues. Deux dominantes ont marqué sa vie : la Bible et la vie d’Église.

    Il était, en effet, un collectionneur de différentes versions de la Bible. C’est d’ailleurs ainsi que lui est venu l’idée, en mettant les textes en commun, de donner naissance à la version Parole Vivante. Il est aussi l’initiateur de la Bible dans la version du Semeur et des notes de la Bible d’étude.

    Les questions concrètes liées à la vie d’Église, qui sont confirmées par ses expériences sur le terrain, le conduise à écrire abondamment sur ce thème. En témoigne son premier livre « Que tous soient un », ou encore « Je bâtirai mon Église ».

    2. Un travailleur acharné et polyvalent

    C’est dans le cadre familial, en Alsace, qu’il a appris le goût du travail. Il ne manquera par la suite aucun moment pour se procurer des livres et étudier. En parallèle de son engagement dans l’assemblée locale, il enseigne d’abord la littérature dans un collège, ensuite il devient professeur de musique dans un lycée, et enfin, il est maître formateur à l’École Normale de Strasbourg. Son engagement dans l´Église locale, ainsi que la rédaction de ses livres, prennent tout son temps libre. En 1947, il se marie avec Mimosa qui vivra à ses côtés et le soutiendra durant 43 ans, jusqu’à sa mort en 1990. C’est l’occasion de rappeler que son ministère n’aurait pas été possible sans le soutien de son épouse.

    3. Un homme de paix au service de l’Église locale

    Après la seconde guerre mondiale, à Strasbourg, il participe à la création de l’Eglise la Bonne Nouvelle, avec un groupe d’amis étudiants de l’Ecole normale. Il y joue un rôle important, comme ancien, prédicateur et enseignant durant 26 ans. Il intervient aussi comme médiateur dans des situations délicates. Sa nature irénique l’y prédispose. Son engagement au service de l’Église se prolongera par les nombreux livres qu’il a écrit sur ce sujet.

    4. Un autodidacte

    En 1944, il peut enfin suivre une formation biblique à l’institut Biblique Emmaüs à Vennes sur Lausanne qui ne durera que 4 mois et demi, mais cette expérience est fondatrice pour la suite de son parcours. Il n’aura par la suite de cesse d’étudier. En 2011, la Faculté libre de théologie évangélique (FLTE) de Vaux-sur-Seine lui a remis un doctorat honoris causa.

    5. Un homme aux trois retraites !

    Alors que M. Kuen atteint l’âge de la retraite comme enseignant, René Pache, directeur de l’Institut Emmaüs, l’invite à rejoindre le corps des enseignants. Il y enseignera durant 10 ans. Il prend une deuxième retraite comme directeur des éditions Emmaüs, puis il passera à une troisième retraite consacrée entièrement à l’écriture.

    6. Un modèle enthousiaste

    Il sera souvent éprouvé, notamment par un accident, par les périls durant la guerre, par le décès de son fils Daniel en 1977 et par la mort subite de son épouse en 1990. Mais toujours ils persévérera, il poursuivra inlassablement sa course avec enthousiasme ! Il tirait certainement le secret de son enthousiasme de son verset préféré : « Vous avez tout pleinement en Christ » Col. 2.10.


    votre commentaire
  • Cher(e) ami(e),

    N’est-ce pas merveilleux de savoir que la Bible nous invite à prier les uns pour les autres ?

    Priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace. (Jc 5:16)

    Dieu souhaite que nous prenions soin les uns des autres car nous sommes tous les maillons d’une grande chaine, les membres d’un même corps.

    L’apôtre Paul avait l’habitude de prier pour les autres, comme il le partage dans Philippiens 1:4 : “Toutes les fois que je prie pour vous, je le fais avec joie”. Il demandait aussi à des frères et sœurs de prier pour lui (Eph 6:19).

    Paul n’était pas physiquement avec eux, mais la prière a ceci de merveilleux qu’elle peut bénir quelqu’un à distance ! Ne nous en privons pas et profitons-en pour bénir tous ceux qui nous sont chers.

    Un Jour Une Prière est reçu par des intercesseurs de nombreux pays différents : France, Belgique, Suisse, Canada, USA, Côte d’Ivoire, Cameroun, Congo Kinshasa et Brazzaville, Brésil… Par la prière nous pouvons prendre soin les uns des autres, et ce malgré les distances qui nous séparent.

    Prions pour que chaque intercesseur d’Un Jour Une Prière soit exhorté et encouragé. Nous ne connaissons pas toutes les situations mais Dieu lui les connait et il est le Dieu des miracles.

    Seigneur, je te demande un miracle pour mes frères et soeurs aujourd’hui !  Sur chacun et chacune, je proclame une journée particulièrement bénie.

    Envoyé avec amour,

    Guillaume


    votre commentaire
  • Pâques c'est pour nous pas la fête du printemps symbolisée par les œufs et la sortie de leur terrier des petits lapins, pour nous c'est la victoire de Christ sur la mort et l'accomplissement de son sacrifice pour nous sauver, alors louons Christ vainqueur et miséricordieux envers nous pauvre pêcheurs,notre Seigneur est toujours vivant


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique