• Vendredi 19 Août 2022

    Servir Dieu !

    Deutéronome 10.12 - Maintenant, Israël, que demande de toi l’Éternel, ton Dieu, si ce n’est que tu craignes l’Éternel, ton Dieu, afin de marcher dans toutes ses voies, d’aimer et de servir l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme.

    Servir un Dieu si grand, si puissant, et pourtant si proche est quelque chose de merveilleux. De nombreux enfants de Dieu aspirent à Le servir et cela est bon, nous sommes tous sur cette terre avec une mission particulière, un don qui nous est propre, un trésor que Dieu a déposé en nous et pour lequel, Il souhaite que nous nous investissions et non que nous l’enterrions.

    Certains d’entre nous connaissent déjà la mission qui leur a été confiée et d’autres sont encore à l’écoute de Dieu afin de connaître où et quand ils devront s’investir pleinement pour l’avancement du Royaume de Dieu. S’il est important de connaître son appel, il est important de se rappeler que l’appel et l’établissement dans l’appel sont deux choses différentes et qu’entre les deux, il peut se passer plusieurs années. Tout un cheminement va nous amener dans l’accomplissement de l’appel qui est sur notre vie. Cela veut-il dire que nous allons rester les bras croisés à attendre ? Certes non, que du contraire.

    La Parole de Dieu nous dit dans Ecclésiastes 9.10 : « Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le ; car il n’y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts, où tu vas ».

    Pendant tout ce cheminement, Dieu va se révéler à nous, nous former, et nous donner des opportunités de Le servir dans différentes sphères. Souvent cela peut nous demander du renoncement, de la persévérance et de la discipline : être ponctuel, à l’écoute de Dieu et des autres, fidèle dans chaque petite chose qu’Il nous confie. Ceci en vue qu’un jour Il nous en confie de plus grandes (Luc 16.10).

    Il est triste de constater que certaines personnes ne rentrent jamais dans l’accomplissement de leur appel ! Elles n’acceptent pas ce cheminement qui pourtant est formateur et nous équipe pour l’appel que Dieu a prévu.

    L’évangile qui nous est souvent proposé est un évangile micro-onde dans lequel Dieu t’appelle son prophète, son évangéliste, son... le lendemain, tu penses être déjà sur une estrade en train de prêcher et de prophétiser. Pourtant, si nous méditons la Parole de Dieu, nous verrons que Dieu n’agit pas ainsi ! Dans ce cheminement cité plus avant, il y aura souvent un désert à traverser et c’est nécessaire pour ne pas dire indispensable.

    Mais alors que se passe t-il ? Je crois que nous sommes trop souvent enclin à nous servir plutôt qu’à servir Dieu. Ne passons plus à côté de notre destinée parce que ce qui nous est demandé peut nous paraître bien fade à côté de l’appel qu’il y a sur notre vie. Chaque pas d’obéissance nous conduira dans le pourquoi nous sommes nés.

    Je laisse cela à votre réflexion et méditation.

    Source (Ézéchiel 37 Ministères) https://ez37m.com

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Jeudi 18 Août 2022

    La bonne solution !

    Jean 6.7 - Philippe lui répondit : «Les pains qu’on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu».

    Ce verset est extrait du passage où l’on parle de la multiplication des pains. Je pense qu’il y a une leçon à en tirer. Cinq milles hommes devaient être nourris. Deux solutions se présentaient : acheter du pain avec deux cents deniers, soit plus de six mois de salaire ou cinq petits pains et deux poissons. Quelle solution allait glorifier le plus le Seigneur ?

    Quand nous sommes confrontés à une difficulté, ce dilemme se présente à nous. Dans notre nature humaine, nous serions tentés de chercher les deux cents deniers, ce n’est pas suffisant mais cela demande moins de foi que les cinq pains, vous comprenez ce que je veux dire ? Jésus n’a pas « sauté » sur l’occasion que proposait Philippe, Il a attendu une « meilleure » solution qui est venue par André.

    Cette attitude demande le repos de la foi. Quand nous sommes face à un problème, plusieurs solutions vont se présenter à nous mais toutes ne seront pas celle de Dieu. Certaines seront basées sur la sagesse humaine et un assemblage de bric et de broc qui ne donnera pas gloire à Dieu. L’urgence du besoin va nous pousser dans les cordes pour accepter ce genre de solution mais tôt ou tard, nous découvrirons que nous avons fait fausse route.

    Le meilleur choix demande de la patience et de la confiance en Dieu. Déjà, nourrissons-nous de l’idée que les difficultés ne sont là que pour nous apprendre à mieux connaître notre Dieu ! Il est de notre côté et Il nous a promis que jamais Il ne nous abandonnera (Deutéronome 31.6). Il veut faire de notre vie une démonstration de Sa gloire ! Après avoir traversé cette épreuve, ce test, nous allons acquérir plus d’assurance et de fermeté. Nous allons aussi être plus intime avec ce Père d’amour.

    Peut-être qu’aujourd’hui tu es comme Marthe et Marie, tu as fait appel à Jésus mais Il n’a «rien fait». Tout semble mort et perdu à tout jamais. Bien-aimé, la résurrection de Lazare est au programme des jours qui viennent parce qu’une guérison divine est moins glorieuse que la résurrection d’une personne qui est morte depuis quatre jours. Reste dans le repos de la foi !

    Bonne réflexion.

    Source (Ézéchiel 37 Ministères) https://ez37m.com

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mercredi 17 Août 2022

    Vers quelle destination ?

    Luc 16.25 - Abraham répondit : « Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne ; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres ».

    L’histoire du pauvre Lazare et du riche égoïste a déjà fait couler beaucoup d’encre. Que pourrait-on encore y ajouter ? Ma réflexion sera peut-être caricaturale mais elle est simple : le pauvre est au ciel et le riche est en enfer !

    Vous savez peut-être que l’un de nos chevaux de bataille est de lutter contre l’Évangile de prospérité. Nous sommes convaincus qu’il mène beaucoup d’enfants de Dieu dans l’erreur. Pire, ceux-ci verront-ils leur salut être volé parce qu’ils auront poursuivi des chimères !

    Jésus nous a dit quelque chose d’important : « Celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera » (Marc 8.35). Il a aussi dit : « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive » (Luc 9.23). Avouons que le chemin de la croix n’est pas un chemin facile fait d’aisance.

    Je nous pose la question : en cherchant la prospérité sur cette terre, je cherche les biens pour cette vie, et si c’était au détriment de la « consolation » éternelle ? Salomon a eu beaucoup de gloire et de richesses mais il a terminé sa vie dans le compromis et la désobéissance.

    L’exemple à suivre est avant tout celui du Seigneur Jésus et ensuite celui des premiers disciples. Étaient-ils prospères ? Construisaient-ils des empires ? Ou, au contraire, vivaient-ils dans la simplicité ?

    Bien-aimés, je vous amène à réfléchir sérieusement, l’enjeu est votre avenir éternel ! Avoir des biens n’est pas le problème, le mal se trouve dans le fait d’en faire le centre et la priorité de nos vies. Notre centre doit être le Seigneur Jésus-Christ, quoi qu’il nous en coûte et notre priorité doit être de faire ce qu’Il nous demande de faire, quoi qu’il nous en coûte aussi ! Á choisir, il vaut nettement mieux souffrir un peu dans ce monde et obtenir une gloire éternelle dans l’Au-delà que l’inverse, vous ne trouvez pas ?

    Je vous laisse avec un dernier verset : « Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux ; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments » (1 Timothée 6.10).

    Bonne réflexion.

    Source (Ézéchiel 37 Ministères) https://ez37m.com

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mardi 16 Août 2022

    Pacificateur ?

    Job 9.33 - Au moins, s'il y avait un arbitre entre nous, qui poserait la main sur chacun de nous deux !

    Ces derniers jours, deux prédicateurs que nous avons écouté ont utilisé ce verset et il faisait aussi partie de notre lecture quotidienne : Papa veut nous dire quelque chose ! Job était un homme qui souffrait beaucoup et il ne trouvait aucun réconfort dans ses « amis », venus, plus pour l'accabler que pour le soutenir.

    Ma réflexion de ce matin est : sommes-nous prêts à devenir cet arbitre ? Il y a si peu de ce genre de chrétiens dans le peuple de Dieu : un homme, ou une femme, qui a suffisamment d'amour pour se tenir entre deux personnes en opposition. Un homme aussi (ou une femme) qui se tient dans l'intercession pour une autre personne et fait ainsi la jonction entre Dieu et cette personne. Un rassembleur, un point de contact entre deux parties en conflit !

    Nous sommes tellement enclins à prendre partie dans les conflits qui nous entourent. Par la langue, nous attisons cette querelle au lieu de faire ce travail de construction et de réconciliation. Heureux ceux qui procurent la paix disait Jésus, ils seront appelés fils de Dieu (Matthieu 5.9). Le terme « qui procurent la paix » pourrait être traduit par « pacificateur ». Dieu cherche ces « arbitres » pleins de bon sens, de douceur et d'amour.

    Mes bien-aimés, une personne qui souffre n'a pas besoin de moralisateurs, encore moins d'accusateurs. Elle a besoin de quelqu'un qui mette sa main sur son épaule et qui fasse la jonction avec le Créateur. Après tout, Lui seul peut consoler les cœurs brisés mais souvent il y a une rupture entre celui qui souffre et son Consolateur. Sommes-nous prêts à relever ce défi et à devenir un pont, une main tendue, une « croix » ?

    Bonne journée.

    Source (Ézéchiel 37 Ministères) https://ez37m.com

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Lundi 15 Août 2022

    Un petit resto en tête-à-tête !

    Apocalypse 3.20 - ... j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

    Nous vivons dans un monde de consommation et pour la plus grande partie de la population européenne, nous sommes habitués à consommer « sans trop de modération ».

    S'il en est ainsi pour la Parole de Dieu, Alléluia ! Néanmoins nous faisons le constat que cette Parole est souvent laissée sur une étagère et est vécue par procuration. Nous consommons de bons livres, de très enrichissantes prédications, une louange au top musical, la prière de foi de ministères oints, etc. Cependant, par ce biais, nous prenons souvent l'habitude de vivre notre foi au travers de ces hommes et de ces femmes et nous usons et usons de ce que Dieu nous offre au travers de leurs vies mais concrètement, qu'est-ce qui change dans nos cœurs ?

    Il faut dire que beaucoup de dérives découlent du fait que nous faisons les choses à l'envers. Nous attendons du serviteur la bénédiction de Dieu alors qu'il faudrait s'attendre à Dieu et le laisser nous bénir à travers ses serviteurs qui ne sont que des êtres humains avec toute la limite que ce terme comporte.

    Quand nous voulons faire un bon repas, beaucoup préfèrent de loin un bon restaurant de cuisine française à un fast-food. C'est la même chose, rien ne vaut la cuisine que Dieu nous prépare pour ses tête-à-tête avec nous. D'ailleurs, les ministères dont nous faisons référence plus haut savent où bien manger spirituellement car c'est là, dans le lieu secret, que pour la plupart ils ont reçu l'onction.

    Rien ne remplacera ce que Dieu veut nous enseigner pendant ce tête-à-tête dans la prière, à travers la lecture et la méditation de sa Parole, et dans l'intimité de l'adoration avec le Saint-Esprit.

    Bonne réflexion !

    Source (Ézéchiel 37 Ministères) https://ez37m.com

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique