• 3. La Bonne Semence

     

    Bienvenue sur la rubrique La Bonne Semence. Dans cette rubrique vous trouverez de magnifiques méditations qui se trouve dans ce calendrier. Soyez abondamment bénis et bénies à travers les méditations.

  • Vendredi 19 Août 2022

    (Jésus dit) : Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle ; ce sont elles qui rendent témoignages de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! Jean 5. 39, 40

    Il ne voulait pas entrer (2)

    Dans "la parabole du fils prodigue" (Luc 15. 11-32), un autre fils est mentionné : "le fils aîné". Il n'avait pas, comme son jeune frère, réclamé sa part d'héritage pour aller la dépenser dans un pays lointain, en vivant dans la débauche. Il était resté avec son père et l'avait servi tant d'années.

    Sa conduite était extérieurement exemplaire... jusqu'au retour de son frère. Et là, sa colère et son amertume explosent. Remarquons qu'il ne dit jamais "père", ni "mon frère". Il a perdu la conscience de ces relations familiales. Tout autant que son frère, il avait besoin de la grâce et de l'amour de son père.

    Dans l'église, ces attitudes peuvent exister. Est-ce qu'elles sont dues au manque d'amour, de soins fraternels, à des amertumes, des préjugés, des rancunes, des injustices qui empêcheraient de réaliser ce qui devrait être vécu dans la maison du Père ?

    Pour être libérés de nos chaînes, que ce soient celles du jeune frère et de son frère aîné, nous avons besoin de croire en l'amour de Dieu pour nous, et de croire que nous ne méritions rien, même si on pense être moins mauvais que l'autre.

    Remarquez comment le Père va à la rencontre de chacun de ses fils et leur exprime son affection afin qu'ils entrent dans sa maison tout en laissant dehors ce qui ne convient pas à sa présence. Sa maison est le lieu où son amour est goûté, où la souillure du péché est ôtée, où la colère laisse place à la paix, où les larmes de désespoir deviennent des larmes de joie.

    (fin)

    Source (La Bonne Semence)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Jeudi 18 Août 2022

    Le fils lui dit : Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils. Mais le père dit à ses serviteurs : Apportez vite la plus belle robe, et l'en revêtez ; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. Luc 15. 21, 22

    Je ne suis plus digne d'être appelé ton fils (1)

    "Un père avait deux fils". C'est ainsi que commence la magnifique histoire racontée par Jésus pour nous parler de l'amour de Dieu, un amour de Père (Luc 15. 11-32).

    Le plus jeune fils a quitté la maison, en demandant sa part d'héritage du vivant de son père ! Quand il revient à la maison paternelle, affamé et ruiné, son père va-t-il le repousser ou lui faire des reproches ? Non, il l'attendait, et le prend dans ses bras. "P!re, lui dit le fils, je ne suis plus digne". Il a conscience d'avoir perdu sa dignité de fils. Mais son père lui donne trois marques de cette dignité : la plus belle robe, signe de sa filiation, un anneau à son doigt, signe de relation, et des souliers, signe de liberté.

    Que nous soyons croyants ou non, ce récit nous concerne. Même chrétiens, il nous arrive de quitter la présence du Père? Quand nous nous éloignons de Dieu, nous ne vivons plus notre dignité d'enfants de Dieu.

    Qu'est-ce qui nous éloigne de Lui ?

    - notre désir de faire notre vie tout seul, sans Dieu ;

    - notre volonté de tout maîtriser ;

    - nos peurs ;

    - les divertissements, tout ce qui nous détourne de l'essentiel.

    Comme ce plus jeune fils, revenons à Dieu. Ses gestes d'accueil, comme le père de ce récit, seront autant d'étincelles de joie dans nos coeurs repentants. Il nous invite aujourd'hui à revenir à lui, à nous laisser étreindre, à retrouver notre identité de fils et de filles. Il nous accueille avec nos échecs, nos fautes, sans nous faire de reproches, parce qu'il nous aime.

    (la suite demain)

    Source (La Bonne Semence)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mercredi 17 Août 2022

    Il (Dieu) aura encore compassion de nous, il mettra sous ses pieds nos iniquités ; tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés. Michée 7. 19

    Si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses. 1 Jean 3. 20

    Pêche interdite !

    Corrie ten Boom (1892-1983) a été déportée à Ravensbrück, parce qu'avec sa famille, elle avait caché des Juifs. Après la guerre, elle a beaucoup annoncé le pardon de Dieu, ayant pardonné elle-même à l'un des gardiens du camp de Ravensbrück, qui l'avait maltraitée.

    Son image préférée pour parler des péchés pardonnés est celle des péchés jetés à la mer. "Lorsque nous confessons nos péchés, écrit-elle, Dieu les jette au plus profond de l'océan, et ils disparaissent à jamais... Je crois que Dieu y plante alors un panneau : Pêche interdite."

    Oui, quand Dieu nous pardonne nos péchés, il le fait complètement ! Nous n'avons pas à ramener nos mauvaises actions à la surface en nous accusant constamment. Acceptons son pardon et sa grâce parfaite, en dirigeant nos regards vers la croix où Dieu n'a pas épargné son Fils, lui faisant porter le châtiment que nous méritions. Limiter l'étendue et la profondeur du pardon de Dieu serait entamer la valeur infinie du sacrifice de Christ.

    Auriez-vous encore quelques doutes, écoutez-le vous dire par la voix du prophète : "Venez et plaidons ! Dit l'Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendrons blancs comme la neige" (Ésaïe 1. 18).

    Si nous nous enlisons dans la honte et le sentiment d'être indignes, nous nous privons aussi de la liberté dans laquelle le pardon de Dieu nous place pour le servir de tout notre coeur. Demandons à Dieu de nous aider à croire pleinement à son pardon. Souvenez-vous qu'il a jeté vos péchés au fond de l'océan !

    Source (La Bonne Semence)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mardi 16 Août 2022

    Il y aura de grands tremblements de terre, et en divers lieux, des pestes et des famines ; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel. Luc 21. 11

    C'est dans le calme et la confiance que sera votre force. Ésaïe 30. 15

    Maître de l'univers

    Á Charleston, aux États-Unis, un tremblement de terre réveille un jour les habitants. Dans une maison, enfants et jeunes, mis à l'abri, tremblent de peur, tandis que leur mère reste paisible. L'un d'eux lui demande :

    - Tu n'as pas peur ?

    - Oh ! non, répond-elle, je suis heureuse de savoir que j'ai pour Père un Dieu puissant qui peut secouer même la terre.

    Les cataclysmes et les grandes perturbations climatiques peuvent être effrayants. Les scientifiques tentent de les expliquer et de les prévoir pour en contrôler les conséquences. Pour nous, chrétiens, notre confiance est en Dieu. La Bible rapporte plusieurs occasions où Dieu a fait trembler la. terre, en particulier lors de la mort et de la résurrection du Seigneur Jésus (Matthieu 27. 51 ; 28. 2). Dieu par aux hommes par des cataclysmes passés et présents, et il en annonce de futurs dans la prophétie. Dieu est le Maître de l'univers, et il aime ses créatures. Il les avertit que le jour de sa grâce va bientôt prendre fin et que le jour de sa colère va arriver.

    Sa grâce offre encore aujourd'hui le pardon à tous ceux qui croient en son Fils. Il est venu mourir sur la croix pour effacer les péchés du monde. Il dit à celui qui se réfugie près de lui : "Quand les montagnes s'éloigneraient, quand les collines chancelleraient, mon amour ne s'éloignera point de toi" (Ésaïe 54. 10).

    Avez-vous choisi de vous mettre à l'abri de Celui qui est le Christ, le Sauveur du monde..., le vôtre si vous croyez en lui ?

    Source (La Bonne Semence)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Lundi 15 Août 2022

    Il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ l'homme, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous. 1 Timothée 2. 5, 6

    Un pont entre Dieu et les hommes

    Un pont met en communication deux points séparés jusque-là. Déjà dans l'antiquité on construisait des ponts, tel le pont du Gard, véritable oeuvre d'art. Quelquefois dans de lointains pays, nous voyons des enfants traverser des torrents impétueux sur des ponts de corde pour aller à l'école, et cela nous effraie. Car l'ouvrage bâti par l'homme n'est pas immuable et peut se dégrader. L'effondrement du pont Morandi à Gênes, le 14 Août 2018, nous l'a durement rappelé.

    Par Jésus-Christ, Dieu a établi un pont entre lui et nous. La communication entre dieu et nous avait été rompue par le péché originel, mais dans son amour, Dieu a voulu la rétablir et il a envoyé son Fils, seul médiateur entre Dieu et les hommes : "Jésus, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous".

    Du côté de Dieu cette relation est solide, indestructible, parce que c'est Dieu qui l'a construite, cela ne pouvait pas être une oeuvre humaine. Jésus en a payé le prix. Sa vie donnée, son sang versé à la croix, purifient de tout péché celui qui croit. Alors par Jésus nous appelons Dieu notre Père, merveilleuse relation à vivre dès aujourd'hui !

    De notre côté, notre première responsabilité consiste à accepter Jésus comme Sauveur, comme l'unique pont entre Dieu et nous. Notre deuxième responsabilité est de maintenir sans obstacles notre relation avec Dieu, notre Père, avec deux outils qu'il a mis à notre disposition : la Bible, par laquelle il nous parle, et la prière, "car par lui (Jésus-Christ) nous avons les uns les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit" (Éphésiens 2. 18).

    Source (La Bonne Semence)

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique